Dans l’évangile de saint Marc (Mc 2,1-12), nous lisons : « Le Seigneur Jésus-Christ est le médecin de nos âmes et de nos corps. Il a pardonné ses péchés au paralytique et il lui a rendu la santé du corps. » Cela signifie donc que le Christ a voulu que son Eglise continue son œuvre de salut. C’est la raison pour laquelle il a institué le sacrement de pénitence. Ce sacrement est le lieu où les péchés commis après le baptême me sont pardonnés par la force de l’Esprit Saint. Ce sacrement donne d’être renouvelé ou réintroduit dans l’état de grâce, sans lequel je suis voué à la mort éternelle. Ainsi, ceux qui s’approchent du sacrement de pénitence reçoivent de la miséricorde de Dieu le pardon de l’offense qu’ils lui on faite et du même coup sont réconciliés avec l’Eglise que leur péché a blessée.
Dieu, dans sa miséricorde, désire que tous les hommes soient sauvés… Mais il ne peut opérer ce miracle qu’avec ma collaboration. Revenir à la communion avec Dieu par la conversion est un mouvement suscité par la grâce de Dieu, plein de miséricorde, et désireux de sauver tous les hommes. Ce sacrement du retour vers le Père réalise sacramentellement l’appel de Jésus à la conversion (cf. Mc 1,15), l’invitation à revenir au Père (cf. Lc 15, 18) dont on s’est éloigné par le péché. Il consacre une démarche personnelle et ecclésiale de conversion et de repentir du chrétien pécheur.
Il est appelé également « la confession » puisque l’aveu, la confession des péchés devant le prêtre, est un élément essentiel. Dans un sens profond, ce sacrement est aussi une « confession » de foi devant la sainteté de Dieu et de sa miséricorde envers l’homme pécheur. Il réconcilie avec Dieu, car il donne au pécheur l’amour trinitaire : « Laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2Co 5,20). Celui qui vit de l’amour miséricordieux de Dieu est prêt à répondre à l’appel du Seigneur : « Va d’abord te réconcilier avec ton frère » (Mt 5,24). La confession individuelle et complète des péchés graves, mortels pour la vie de l’âme, suivie du pardon sacramentel appelé l’absolution, est le moyen habituel pour la réconciliation avec Dieu et avec l’Eglise. Seuls les prêtres par leur ordination et par l’autorité de l’Eglise, reçoivent la faculté de pardonner les péchés au nom du Christ. La réception du sacrement de pénitence implique de se repentir, de regretter les péchés que l’on a fait et à ne plus pécher à l’avenir. Le repentir, appelé aussi contrition, doit être inspiré par la foi.
Celui qui veut obtenir la réconciliation avec Dieu et avec l’Eglise doit dire au prêtre tous les péchés graves qu’il n’a pas encore confessés et dont il se souvient, après avoir examiné soigneusement sa conscience. Il est aussi très recommandé de confesser ses péchés moins graves : péchés véniels.
Le confesseur propose ensuite une pénitence pour réparer les dommages causés par les péchés et rétablir une manière de vivre propre aux disciples du Christ.
Dans la foi, je sais que le sacrement de réconciliation me réconcilie avec Dieu et me fait rentrer dans la pleine communion avec Lui. Il me réconcilie aussi avec l’Eglise et avec nos frères. Il me donne la paix et la sérénité et fait grandir mes forces spirituelles pour vivre en chrétien.
Aussi, pour mon bien et celui des autres, je dois user de ce sacrement largement, en me confessant si possible au même prêtre. La démarche pénitentielle s’inscrit dans le cheminement spirituel de l’âme qui monte vers Dieu. C’est la raison pour laquelle il est bon pour chacun d’avoir un conseiller spirituel appelé aussi père spirituel ou directeur spirituel, pour avancer vers Dieu. A l’image du champion sportif, je dois avoir un coach qui m’aide. Cela en vaut bien la peine : mon salut n’est-il pas l’affaire la plus importante de ma vie ?

 

Prières à l’occasion de la confession

 

Je confesse à Dieu tout-puissant,
je reconnais devant mes frères,
que j’ai péché
en pensée, en parole,
par action et par omission ;
oui, j’ai vraiment péché.
C’est pourquoi je supplie la Vierge Marie,
les anges et tous les saints,
et vous aussi, mes frères,
de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

 

Père, Dieu de tendresse et de miséricorde,
j’ai péché contre Toi et mes frères.
Je ne suis pas digne d’être appelé ton fils
mais près de Toi se trouve le pardon.
Accueille mon repentir.
Que ton Esprit me donne la force de vivre selon ton amour
en imitant Celui qui est mort pour nos péchés,
Ton Fils, Jésus-Christ, Notre Seigneur.